J’ai ouï dire - résidence et projet EAC d’Olivier Villanove à Molène

Un projet d’éducation artistique et culturelle entre Molène, Ouessant et le continent

Au fil des ans, Le Fourneau a tissé des liens particuliers avec l’île de Molène, en organisant chaque année une résidence artistique sur ce territoire. Une convention de partenariat lie la mairie et le comité des fêtes de Molène avec Le Fourneau jusqu’en 2019.
Dans ce cadre, les liens établis avec les antennes Ouessant et Molène du collège des îles du Ponant, ainsi qu’avec l’école primaire de Molène, ont conduit leurs équipes et celle du Fourneau à co-écrire pour l’année 2017-2018 un projet d’éducation artistique et culturelle avec l’artiste Olivier Villanove et son Agence de Géographie Affective.
Avec ce projet, les différents partenaires souhaitent permettre aux élèves d’appréhender les enjeux de la création en espace public, de découvrir une démarche artistique et de se familiariser avec un lieu culturel tel que Le Fourneau.

J’ai ouï dire - Quand les rumeurs passent au révélateur, elles deviennent légendes

Suite à une première rencontre avec l’artiste Olivier Villanove en novembre 2017, les élèves vont entamer un travail de récolte de paroles visant à créer des histoires fictives ou réelles, qui vont donner lieu à une correspondance avec les artistes, en attendant leur arrivée sur l’île de Molène. Un projet qui permet une multiplicité de rencontres artistiques, culturelles, historiques, humaines.

Olivier Villanove sera en résidence de création sur l’île Molène du 2 au 14 avril 2018, avec Dimitri Messu, architecte pour l’espace public
Durant la première semaine, les artistes animeront des ateliers de pratique artistique auprès des élèves (écriture, prise de son, art oral), les invitant à mettre en jeu leurs corps et leurs voix dans l’espace public ; la deuxième semaine, ils se concentreront sur leur propre travail d’écriture, nourris de leurs rencontres avec les jeunes et de la découverte de l’île.

En étudiant avec les artistes comment créer une rumeur, en en décortiquant les codes de fonctionnement, les élèves vont être amenés à réfléchir à l’importance de la vérification des sources et du décryptage de l’information, à l’heure où Internet et les réseaux sociaux véhiculent un flot incessant d’informations.

« Quand ils sont épanouis dans leur cadre scolaire, les enfants font preuve d’imagination et d’une grande créativité. Ensemble, nous pouvons réenchanter le monde. Ils sont l’avenir de notre société et je trouve primordial de participer à l’éveil, la sensibilisation et au partage de valeur et de qualité comme le respect, l’écoute, la curiosité de l’autre, le désir d’apprendre et d’échanger. » Olivier Villanove

Croiser des regards sur les territoires

Ce projet d’éducation artistique et culturelle relie les deux îles Molène et Ouessant, ainsi que le territoire de Sizun, dont le collège Val d’Elorn est jumelé depuis cette année avec Le Fourneau. Une correspondance autour de ce projet artistique va se mettre en place entre les collégiens de Sizun et ceux des îles Molène et Ouessant.

Par ailleurs, au fil de l’année, à l’occasion de déplacements sur le continent, les élèves découvriront plusieurs structures culturelles.

Légendes (titre provisoire), création jeune public 2019

Durant cette résidence artistique à Molène, Olivier Villanove et Dimitri Messu vont travailler à la prochaine création de l’Agence de Géographie Affective intitulée provisoirement Légendes.

"Avec les questions qui habitent l’association (la place du récit dans notre société. Comment raconter - dans - l’espace public ? Comment s’approprier un territoire à travers son collectage et donner à voir un point de vue ?) nous allons partir en récolte pour glaner des rumeurs, des légendes qui ont façonné notre regard sur un territoire. En résidence de deux semaines sur l’île de Molène, nous allons former des enfants à l’écriture et la transmission de légendes. Ils auront pour mission d’accueillir des étrangers sur leur île et de modifier leur regard sur leur territoire", raconte Olivier Villanove.

Avec ce partenariat artistique, il sera donc question, pour les élèves comme pour les artistes, de révéler les contours d’un territoire à travers des récits, tout en se questionnant sur la manière dont ces histoires se transmettent à travers le temps.